Tour de France des villes incomprises de Vincent Noyoux

Tour de France des villes incomprises de Vincent Noyoux

Catégorie(s) : Arts, loisir, vie pratique => Voyages et géographie

Critiqué par Bookivore, le 29 mai 2024 (MENUCOURT, Inscrit le 25 juin 2006, 41 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 193 

Hommage à tous ceux qui se font ch... dans leur ville

Découvert par hasard, ce petit livre d'à peine 200 pages dans son édition initiale (aux Editions du Trésor), doté d'une double couverture bien sympathique (l'une des deux se déplie en un petit poster représentant des boules à neige aux motifs des différentes villes abordées dans l'ouvrage, l'autre est plus générique - là aussi, dans son édition initiale), est signé d'un journaliste spécialiste du voyage, dont je n'avais rien lu jusqu'à présent.

Lui qui a l'habitude d'aller dans différents coins, tous plus jolis les uns que les autres, du monde a eu, un jour, l'idée bien amusante, mais aussi bien curieuse, de rédiger un livre (dont le seul vrai reproche à faire est l'absence totale de photos d'illustration ; du texte, que du texte) rendant hommage à des villes françaises, une douzaine, essentiellement basées dans l'Est et au centre, et dans lesquelles... il n'y a rien à voir. Des villes, souvent très connues (ce ne sont pas des bleds paumés en plein milieu de rien), mais qui n'attirent pas le tourisme. Des villes au sujet desquelles on n'entendra jamais personne dire "tiens, cet été, je vais aller du côté de..., afin de visiter un peu, il paraît que c'est mignon comme tout".

Des villes comme Guéret dans la Creuse, Cergy dans le Val-D'Oise (ville où je bosse, et limitrophe de ma ville de résidence, au passage), Vesoul dans la Haute-Saône ou Vierzon dans le Cher.
Des villes qui ne vendent pas du rêve (Guéret...).
Des villes sulfatées par l'industrie qui en a fait des cauchemars d'usines parfois fermées (les villes de la vallée de la Fensch, en Lorraine).
Des villes ravagées par un conflit qui l'a transformée en une ville totalement invisitable pour une autre raison que le devoir de mémoire (Verdun).
Des villes tellement industrielles qu'elles en perdent tout leur charme et viennent même foutre en l'air la cohérence de toute une atmosphère régionale (Mulhouse, tellement pas alsacienne qu'elle en fait honte à l'Alsace).
Des villes tellement moches qu'à côté, un cul de babouin de 50 ans atteint de gale aurait des airs de splendeur absolue (Saint-Nazaire).
Des villes que la simple idée d'aller visiter pour le plaisir nous fera nous poser des question sur notre santé mentale (Cholet).

Ce livre est très amusant, très caustique, parfois, quand même, à la limite de la mauvaise foi rigolarde, et puis, s'il n'est pas content de son séjour à Vesoul, le Noyoux, ben, fallait pas y aller, hein. A deux reprises, Vesoul et Vierzon, l'auteur y cite la fameuse chanson "Vesoul" de Brel, vu que Brel cite les deux villes dans le premier couplet. Selon Noyoux, la chanson possède d'ailleurs deux aberrations dès ce premier couplet : "T'as voulu voir Vesoul et on a vu Vesoul". Non, selon lui, tout d'abord personne de sensé n'aurait envie de voir Vesoul, et ensuite, personne de sensé n'irait à Vesoul.
N'ayant jamais été à Vesoul, je ne peux dire. L'absence de photos rend l'estimation des dégâts difficile à évaluer. Mais connaissant bien Cergy, et connaissant, également, Saint-Nazaire, La Bourboule et Mulhouse, je confirme, circulez, y'a rien à voir.

C'est amusant, caustique, donc. Les habitants de telle ou telle ville visitée ici seront sans doute énervés, irrités, voire tout simplement en colère (ou bien hocheront la tête l'air de dire "il n'a pas tort du tout, cet écrivain", voire même verront leur ville d'un autre oeil. Une sorte d'anti-guide de tourisme, des "Echappées pas belles" en version papier, qui se lisent avec bonne humeur. J'ai bien aimé ce petit passage où, dans le chapitre sur Vesoul, l'auteur dit avoir ressenti une sorte de vacillement, une fois arrivé sur place, se demandant ce qu'il foutait là. Quand on visite Grenade ou Florence, dit-il, on ne se pose pas la question, car on connaît la réponse, mais quand on arrive à Vesoul... bah, après tout, si t'aimes plus Vesoul, t'as qu'à quitter Vesoul, d'ailleurs, ça aussi, Brel le dit dans sa chanson !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Tour de France des villes incomprises [Texte imprimé] Vincent Noyoux
    de Noyoux, Vincent
    Pocket / Presses pocket (Paris)
    ISBN : 9782266277174 ; 7,00 € ; 05/04/2018 ; 256 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Tour de France des villes incomprises

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Tour de France des villes incomprises".